• 09 75 18 37 38
  • contact@solenciel.fr

Archive de l’étiquette Formation au nettoyage

Femme de chambre, la sélection drastique des candidates

Depuis lundi 22 juillet, 9h00, les 9 candidates au poste de femme de chambre poursuivent leur formation professionnelle, mais cette fois-ci, au sein de l’hôtel dans lequel les plus performantes travailleront. Une fois de plus, cette sélection drastique rappelle qu’il n’y a que cinq places disponibles pour cet emploi.

I- Un démarrage au quart de tour

Découverte de la lingerie

Avant d’entrer dans le grand bain, cette semaine, les apprenantes se sont exercées en situation réelle, directement au sein de l’hôtel. De la sorte, elles ont pris conscience des enjeux du métier et du rythme à prendre. Préparer le chariot de linge, signaler les défaillances et assurer la parfaite propreté des chambres, c’est répétitif, mais c’est le défi quotidien des femmes de chambre.

A vrai dire, l’authentique apprentissage s’est déroulé cette semaine. Il n’est plus question de passer 45 minutes sur un appartement, mais bien 20-25 minutes maximum par chambre pour un nettoyage à blanc (et 8 minutes pour une recouche). Il faut être aussi rigoureux que méthodique pour rester dans les temps. C’est pourquoi les jeunes femmes doivent exécuter les différentes techniques précédemment apprises, avec rapidité et précision. Conjointement à cette mission, leur regard doit être habilité à guetter le moindre incident, même une souillure mineure.

Dans un deuxième temps, leurs managers veillent au respect de la chronologie des tâches : aération, état des lieux, dépoussiérage, le temps de pause du détartrant, tri des sacs poubelles et du linge, etc. Cette surveillance est particulièrement efficace à raison d’un ou deux coordinateurs pour chaque groupe. Par ailleurs, la répartition des groupes s’organise par tranches horaires précises, généralement entre 9h00 et 15h00. De la sorte, les encadrants se relayent et évaluent individuellement et de façon plus opérationnelle les apprenties femmes de chambre.

Deux semaines de formation pour 9 candidates femmes de chambre

Lundi 15 juillet, sur les 9 candidates retenues pour la formation, toutes ont répondu présentes. Particulièrement silencieuses, elles ont écouté avec attention les instructions transmises par l’équipe encadrante. Après une plus grande introduction théorique le mardi, la formation a officiellement débuté ce mercredi 17 juillet à 14h00, à raison de deux heures par jour.

I- Savoir-être : un esprit d’équipe avant tout

Le recrutement n’est pas totalement fini. En effet, après ces deux semaines de formation, l’équipe embauchera les cinq meilleures candidates. C’est pourquoi les jeunes femmes sont jugées sur leur attitude au travail et en groupe. L’observation a par ailleurs débuté dès leur arrivée, notamment à l’occasion du cours théorique et pendant les épreuves d’entrée.

L’équipe les surveille de près : questions, écoute, lacunes, et entraide. Quel que soit leur niveau d’expérience ou leur personnalité, il s’agit avant tout d’identifier les éléments forts du groupe. Par exemple, il peut s’agir d’une jeune femme jusqu’alors en retrait qui va spontanément proposer son aide. Cette réaction empathique va de cette manière lui faire gagner de précieux points. C’est-à-dire que leurs qualités humaines sont tout aussi importantes que leurs compétences techniques pour faire preuve d’un plus grand professionnalisme. En vérité, le savoir-être exerce une complémentarité fusionnelle au savoir-faire.

Coaching des candidates : à l’écrit, à vélo et sur le terrain

Pour toute future embauche, chaque candidate passe deux épreuves d’entrée clefs. Il s’agit d’un test de vélo, ainsi qu’un exercice de lecture et d’écriture. Ces étapes confirment l’aptitude de chaque postulant à suivre une formation au ménage de 14 jours. Cette semaine, nous vous parlerons, entre autres, de trois candidates : Jenifer*, Maria* et Melody*. Elles bénéficient individuellement d’un coaching qui leur est propre, adapté à leurs besoins.

I- Un coaching nécessaire en écriture et en lecture

La jeune femme, que nous appellerons Jenifer*, est venue passer ses examens d’entrée à Solenciel.

Consciente de la chance qui s’offre à elle, Jenifer était bien décidée à ne pas céder sa place. Elle passa donc les différentes épreuves avec beaucoup de détermination. Toutefois, même si le vélo fut très facile pour elle, il n’en fut pas de même avec le test rédactionnel. Butant avec quelques difficultés sur les mots, la jeune femme doit encore progresser. Vraiment, l’écriture constitue de ce qu’il y’a de plus complexe après la lecture. De ce fait, elle ne peut prétendre dans  l’immédiat à une formation au nettoyage. Ses lacunes risqueraient fortement de la freiner au quotidien.

Malgré tout, pour parvenir à l’épauler, nous lui avons proposé un arrangement. Nos professeurs bénévoles peuvent lui fournir des cours d’alphabétisation si son assiduité est exemplaire. En contrepartie de ce coaching personnalisé, elle serait alors automatiquement inscrite sur liste prioritaire à la formation. Indubitablement, ce compromis, elle l’a accepté de suite.

Vidéos et photos : un renfort considérable à la formation continue

Dès leur venue, les jeunes salariées bénéficient d’une formation de deux semaines, puis, d’un suivi intense les premiers jours. Toutefois, en réponse à leurs interrogations, et dans l’intérêt de combler les lacunes existantes, des photos et vidéos sont mises à leur disposition. Ce mode de fonctionnement vient renforcer leur formation continue, ainsi que leur autonomie. 

I- Des vidéos et photos : une aide au-delà des mots

Comme chacun le sait, les jeunes femmes employées à Solenciel sont en pleine reconstruction. Elles doivent tout reprendre depuis le début : formation, recherche de logement, mise à jour de leurs documents administratifs, vie de famille, sans compter l’apprentissage de la langue et de la culture occidentale. Leur travail à temps partiel étant particulièrement physique, un aménagement vient les soulager le plus possible. Somme toute, elles ont accès à des fichiers, conjointement aux ménages à accomplir. Ces fiches de poste comportent des indications précises, enrichies de photos et vidéos.

Nous pouvons citer la délicate formulation de Confucius : « une image vaut mille mots. »  C’est-à-dire qu’un visuel peut se révéler possiblement parfois plus puissant et concret que le serait un imposant paragraphe détaillé. En revanche, tout abus est mauvais. Il est primordial d’inciter au fonctionnement de sa capacité d’analyse. De la sorte, l’initiation au regard critique s’instruit sans réserve. Les mises en situation, les schémas, les montages vidéos, ou même, des auto-corrections, participent à cette appropriation des connaissances. Les cleaners sont, à fortiori, au cœur de l’action qui les fera « grandir ».

Douzième jeune femme en formation, et du matériel en don

Une douzième jeune femme est en formation ménage cette semaine.
Son objectif : décrocher un contrat de travail à durée indéterminée, au poste d’agent d’entretien. Pour y parvenir, l’équipe encadrante la forme et lui fournit l’ensemble du matériel professionnel.

I- Un douzième apprenante engage une formation initiale et du matériel en plus

Arrivée mardi matin, peu avant 11h00, la jeune femme était plutôt confiante. En effet, l’endroit ne lui est pas inconnu. Bien qu’elle soit la douzième, elle a bénéficié autrefois d’une formation à Solenciel. Sur proposition de l’équipe encadrante, elle a accepté de revenir.

Particulièrement attentive, et possédant une expérience significative en hôtellerie et en nettoyage, cette « ancienne-nouvelle » élève a réussi avec succès les premières épreuves d’admission. C’est-à-dire, un test de lecture et d’écriture. Cette phase de vérification permet l’identification des jeunes femmes analphabètes qui pourraient, par la suite, se retrouver en grande difficulté. C’est par quoi, cette étape est primordiale avant toute embauche. Concernant cette douzième future cleaner, son niveau en français s’est révélé particulièrement bon. Bien qu’il ne soit pas parfait, elle est capable de suivre une conversation tout en se faisant comprendre. Mais encore, elle sait déjà utiliser un vélo, même si son maniement reste encore fragile.

Coordinateur pour équipe de nettoyage en réinsertion (H/F)

[URGENT] Recherche un super coordinateur d’équipe en CDI temps plein pour former un public en réinsertion

Vous disposez d’une première expérience réussie en gestion d’équipe ou encadrement. De plus, vous êtes autonome, réactif, et organisé. Des compétences de gouvernante serait un plus.
Dans le cadre de vos missions, vous serez amené à accompagner un public en réinsertion : pour cela, l’anglais courant est indispensable, ainsi qu’une capacité à prendre du recul. Pour la bonne réalisation de vos fonctions, vous vous déplacerez en vélo électrique, et en utilitaire, également électrique.

Au revoir Christine, et bienvenue à Laurence ainsi qu’à notre apprenante

La semaine du 25 mars marque l’arrivée d’une nouvelle jeune femme, prête à apprendre le métier de cleaner. En parallèle, avec l’équipe bénévole, nous avons souhaité un au revoir à Christine, et la bienvenue à Laurence, sa remplaçante au poste d’encadrant technique.

Une nouvelle jeune femme en formation depuis le 26 mars

Depuis mai 2017, une quinzaine de jeunes femmes, victimes des réseaux de traite, ont obtenu l’aide de Solenciel. Toutefois, avec l’arrivée d’une nouvelle candidate, en formation depuis le 26 mars, elles seront bientôt 11. 

L’apprenante, très soigneuse dans le geste, écoute avec attention les conseils de sa formatrice. En effet, elle ambitionne à un objectif est précis : décrocher un contrat en CDI à Solenciel. C’est donc avec rigueur et application qu’elle se forme actuellement à la tâche. Entre dépoussiérage, balayage, nettoyage des vitres, désinfection des containers, ou encore, détartrage de la robinetterie, tout y passe. Après deux semaines de formation, elle pourra peut-être intégrer l’équipe des cleaners. Nous espérons que son courage l’emmènera très loin des réseaux et de son passé douloureux. Cette démarche n’est pas aisée, pour un travail qui ne leur est pas familier, toutefois, elles nous dévoilent chaque jour une force incroyable.

Reportage : où en est le projet de réinsertion un an et demi après

Première bonne nouvelle, une 14ème jeune femme a intégré Solenciel mardi 26 février 2019. Néanmoins, avant son embauche définitive elle doit réussir son examen d’entrée : apprendre à faire du vélo. En effet, ce mode de déplacement écologique et rapide est idéal entre chaque prestation de nettoyage. Dans un deuxième temps, nous vous parlerons de notre rencontre avec France 3 Rhône-Alpes, un an et demi après le premier reportage. En somme, quel est l’état d’avancement du projet de réinsertion des victimes des réseaux de traite ?

De nouvelles vies à sauver : des jeunes femmes prêtes à s’en sortir

Elle est arrivée mardi 26 février 2019 à Solenciel. D’origine nigériane, elle ne parle pas beaucoup français et n’a même jamais pratiqué le vélo. Avant de commencer sa formation professionnelle aux côtés de Christine, son objectif, comme ce fut le cas des deux jeunes femmes précédentes, est d’apprendre à rouler en métro-vélo. Cet exercice n’est pas si facile et exige un parfait équilibre. Pour y parvenir, elle s’entraîne sans relâche,  dans le parc, avec l’aide d’une cleaner disposant d’un an d’ancienneté. Avec beaucoup de volonté, elle est déjà parvenue à rouler sur quelques dizaines de mètres. Bientôt, elle sera prête pour l’apprentissage du code de la route.

Le travail de Coline dans le cadre de son projet social

Après plus d’un mois de stage, dans le cadre de son BTS Economie Sociale Familiale (ESF), Coline arrive au terme de son projet social avec les filles. Les semaines passées lui ont permis d’analyser les méthodes de travail, proposer des mesures correctrices, et, identifier l’impact des mesures à court, moyen, et long terme.

Phase d’observation : les conditions de travail des cleaners

Avant de pouvoir proposer de nouvelles mesures, notre stagiaire a dû recourir à différentes méthodes. Ce processus lui permettant de mieux qualifier et quantifier les manques ainsi que les besoins. Pour exemple, un questionnaire fut distribué aux filles, en décembre dernier, lors de la réunion cleaners du vendredi matin. Ce dernier lui a permis de récolter quelques informations sur les difficultés rencontrées par celles-ci au travail. Certaines jeunes femmes souffrent du poids de leur sac à dos, et pour d’autres, le vélo représente un mode de transport difficile.

Pour aller plus loin, Coline s’est rendue sur le terrain. Elle a alors pu constater leurs conditions de travail (matériel utilisé, horaires, distances à parcourir…). Échanger avec les cleaners fut également l’occasion d’obtenir leur ressenti à ce sujet.

Concernant le constat final, analysé et calculé, il souligne l’importance de prendre de nouvelles mesures correctrices. La visée de ces actions étant l’allègement du travail (matériel adapté, moins de poids à transporter…), tout en assurant la sécurité et le renforcement des performances des cleaners.

Changements immédiats grâce aux observations de Christine

Après deux semaines d’observation, Christine, notre nouvelle encadrante technique, a pu identifier les différents problèmes, et concevoir des documents spécifiques. De la fiche de poste, en passant par la feuille d’émargement, il s’agit de rendre les choses plus simples et codifiées via ces changements. Et sur le terrain, au contact des cleaners, elle a eu l’occasion d’échanger avec elles et de partager son savoir-faire. Comme évoqué la semaine passée, la formation des filles aux côtés de Christine, vise à les rendre davantage autonomes et intransigeantes envers elles-mêmes et leur travail. Bien entendu, ces changements seront progressifs le temps qu’elles puissent assimiler l’ensemble des nouvelles mesures.

Étape 1 : faire respecter et appliquer les exigences du métier

C’est en accompagnant les jeunes femmes sur les lieux de leurs prestations que Christine les forme au respect des règles d’hygiène et de sécurité. En identifiant les erreurs commises, elle est immédiatement capable de les reprendre, de sorte à suivre le cahier des charges. En effet, de la chronologie des tâches (dépoussiérage, balayage, nettoyage des vitres et des sols…) en passant par le matériel nécessaire (linge, seau, lavettes, aspirateur, uniformisation des manches…), il s’agit d’éviter la perte de temps. Ces changements mènent donc à une parfaite organisation et connaissance des lieux, avant même de s’y rendre. C’est pourquoi il est important de regrouper l’ensemble des informations sur une fiche de poste, à la fois précise et concise.

Bien évidemment, les cleaners renoncent à leurs mauvaises habitudes et appliquent les recommandations. Un prestataire de nettoyage écologique et solidaire est tout aussi exigeant que les autres. Quant à l’impact environnemental, il est réduit au minimum.