• 09 75 18 37 38
  • contact@solenciel.fr

Rencontre d’un bénévole de Magdalena38 : au plus près de la prostitution

Rencontre d’un bénévole de Magdalena38 : au plus près de la prostitution

Comme nous vous l’avions annoncé la semaine passée, Denis C, bénévole de l’association catholique Magdalena38, est venu à notre rencontre ce vendredi 26 avril. Ce dernier participe aux maraudes nocturnes de Magdalena38 depuis quatre ans. Dans le contexte de Solenciel, il nous a témoigné son expérience auprès des jeunes femmes. La question qui se posait, questionnait sur la manière de parvenir à l’instauration d’un climat de confiance, pour établir durablement une relation d’amitié.

Denis C, un bénévole à la parole bienveillante

Le vendredi 26 avril, Denis C. est venu à la rencontre de nos bénévoles pour nous faire connaître son expérience au sein de Magdalena38, la grande soeur de Solenciel. Psychologue depuis 12 ans, Denis est bénévole depuis 4 ans pour effectuer des maraudes nocturnes. Lors de ses tournées en camping-car, avec d’autres bénévoles, il n’hésite pas à créer du lien social avec les prostituées. Il leur propose un repas, une prière ou même une bénédiction. En retour, les jeunes femmes lui témoignent leur respect en l’appelant « Papy ».Résultat de recherche d'images pour "magdalena38"

Plusieurs fois par semaine, le camping-car de Magdalena38 parcourt ainsi les rues de Grenoble et son agglomération pour des tournées du coeur. C’est « une pause dans la nuit, une lumière au cœur des ténèbres ». Le circuit emprunté n’est jamais identique, suivant les besoins ou l’afflux de nouvelles prostituées (surtout courant juin et septembre). Le camping-car est là pour leur permettre de se reposer, danser, ou se restaurer. Les bénévoles présents, prodiguent  aux filles des conseils (de soins ou de logements) et les orientent dans leur chemin spirituel.  Mais surtout, ils font office d’oreilles bienveillantes, à l’écoute de leurs problèmes et de leurs histoires.

Toutefois, les jeunes roumaines sont particulièrement difficiles à approcher, contrairement aux nigérianes. La raison ? Leur différence religieuse. C’est-à-dire que les nigérianes identifient la prière comme un symbole d’espérance, tandis que les roumaines se refusent toute pratique religieuse par culpabilité du métier exercé. De plus, leur réseau familial, extrêmement soudé et puissant, les encourage vivement au silence. Chacun espère rapidement trouver la solution pouvant les libérer, elles aussi.

Pour aller plus loin dans la relation, les bénévoles déploient différents stratagèmes. L’objectif étant de créer un réel climat de confiance et de partage.

Une rencontre pour stimuler l’ambition des jeunes prostituées

Il n’y a pas de modèle préconçu, « le projet est constamment remanié suivant ce qu’il y’a sur notre route » précise Denis. Chacun prend en compte les références culturelles de l’autre, tout en s’adaptant. Les jeunes femmes perçoivent rapidement l’aide humanitaire.  Il n’y a pas de place pour le jugement, seulement du respect et des échanges constructifs. Denis ajoute avec satisfaction : « il y’a un feeling magnifique, jamais d’ordre, jamais de jugement. Pourtant, ce n’était pas simple au début ». 

Dans le fonctionnement de cette relation, « il faut conserver son identité et se dire les choses, toujours dans la bienveillance ». Effectivement, leur choc culturel fut particulièrement violent (langue, horaires de travail, nourriture, transport, modèle familial…). Il est donc important de s’adapter mutuellement à son prochain. En revanche, du côté des jeunes nigérianes, apprendre les prénoms ainsi que la politesse à la française, cela fait aussi partie du jeuDans cette optique, les barrières se lèvent peu à peu des deux côtés. 

Magdalena38 ne représente plus une menace, au contraire. Les jeunes femmes ont compris qu’elles ont l’opportunité de s’exprimer. Par ce biais, elles peuvent choisir de quitter le réseau pour une autre vie. Ensuite, pour celles qui postulent à Solenciel, ces dernières s’engagent dans un tremplin professionnel, visant à leur réinsertion par l’emploi. L’instauration de règles strictes stimule les cleaners, tout en les valorisant. Relativement à ce point, chaque vie est respectable et mérite la même dignité. 

Mais encore ?

Même si elles ne souhaitent pas instantanément entrer en contact dès la première rencontre, elles pourront toujours compter sur ces âmes au grand cœur. Et si l’envie vous prend, Magdalena38 organise différentes sorties et repas, en compagnie des jeunes femmes. Des instants de convivialité, faisant oublier le temps d’une après-midi le proxénétisme.

Pour en savoir davantage, un reportage dénonce cette réalité. Investigations et enquêtes a consacré une émission spéciale sur ces « Nouvelles esclaves des trottoirs ».

Solenciel