• 09 75 18 37 38
  • contact@solenciel.fr

Prospection et formation : anticiper, prévoir, et préparer la saison estivale

Prospection et formation : anticiper, prévoir, et préparer la saison estivale

Malgré le calme apparent de l’été, Solenciel poursuivra ses ménages durant les mois de juillet et août. C’est pourquoi une prospection dans les boîtes aux lettres professionnelles est en cours de diffusion. De plus, avec le soutien de notre nouveau coordinateur d’équipe, nous sommes sereins en ce qui concerne la continuité du projet.

I- Une prospection saisonnière pour des remplacements

Dans le cadre de son activité, Solenciel poursuit ses envois de devis, en parallèle de ses démarchages commerciaux. Toutefois, pour combler le manque, vis-à-vis du calme apparent des mois de juillet et août, l’association se lance le défi d’effectuer des remplacements durant la saison estivale. Effectivement, profitant des départs en congés, cette période est propice aux contrats courts, ainsi qu’aux remises en état. Que ce soit dans des centres, des chambres étudiantes, des hôtels, ou même dans des studios, l’objectif est le même. Il tend à élargir la clientèle et accroître les devis de nettoyage. D’où l’organisation d’une prospection commerciale dans Grenoble et son agglomération.

 

Pour ce faire, après avoir conçu et imprimé des tracts appropriés, nos bénévoles disponibles sont missionnés de distribuer stratégiquement ces impressions. De la sorte, l’association poursuit sa quête de visibilité tout en répondant à des besoins existants dans le nettoyage. Que ce soit pour des entreprises, bureaux, offices médicales, copropriétés, ou même des collectivités. Cette prospection vise un bon nombre de secteurs.

Dans ce même temps, Maxime, notre encadrant technique, prend ses marques et fournit ses premières constations, observées sur le terrain.

II- Maxime, le nouveau pilier des contrôles et formations

Maxime, tout juste arrivé depuis vendredi dernier, commence à visiter les différents lieux et apporte son aide aux jeunes employées. Aussi serviable que raisonnablement intransigeant, son regard extérieur affinera la conception des fiches « chantiers ». Mais encore, il assoit peu à peu, un lien de confiance avec les cleaners. 

Notre nouveau coordinateur d’équipe a la charge d’une délégation particulièrement rude : contrôler l’ensemble des lieux et transmettre un compte-rendu précis pour chacun. Ce travail, bien que parfois redondant, constitue une responsabilité tout à fait indispensable. Par la dextérité de son analyse, Maxime engagera différents mécanismes de correction et de formation.

Garant de la qualité des prestations, il sera de taille à faire face aux incohérences des nettoyages. De telle manière, Maxime pourra sanctionner les écarts, et au contraire, féliciter les excellentes apprenantes. De ce fait, du dépoussiérage au dégraissage, les consignes devront être scrupuleusement suivies et appliquées. Sans quoi,  les fautes graves seront toujours sévèrement réprimandées.

Pour conforter les efforts, conjointement à ces vérifications, les jeunes femmes disposent quotidiennement de réponses à leurs interrogations, et surtout, de « vidéos formations ». Ces procédés participent vivement à l’approfondissement des connaissances. Dans l’absolu,  les erreurs font aussi parties de ce processus d’acquisition des compétences.

III- Conclusion

Solenciel équilibre le nombre de jeunes femmes formées suivant les contrats signés et les temps plus calmes. Disposant d’une formation initiale de deux semaines, puis de différents rappels, les cleaners bénéficient d’un accompagnement personnalisé dans leur parcours de réinsertion. De la sorte, le pont qui rejoint « l’apprentissage » à « l’acquis » se construit graduellement. Toujours avec du travail, de la volonté, et beaucoup de rigueur.

L’enseignant favorise sans cesse un chemin vers la victoire, mais ne permet pas toujours d’en esquiver les obstacles. L’erreur est humaine et fait partie intégrante de cette phase de développement. Vraisemblablement, l’éducation du regard constitue un pylône premier dans ce perfectionnement du nettoyage. Pierre Rosenberg, académicien français, affirme dans Le Monde de l’éducation (2001), qu’« apprendre à voir est un enseignement de même nature qu’apprendre à lire ». L’auteur sous-entend une similarité évidente. Voir doit signifier, entre autres, la capacité à décrypter son environnement, au delà de la simple vision. Pour l’écrit, c’est pareil. Avant d’apprendre à rédiger du contenu, chacun est d’abord tenu de suivre des leçons de lecture pour en déchiffrer les mots. La négligence des étapes antérieures constitue par là une grave omission, ayant de possibles répercussions. C’est pourquoi, dans la pratique, avant d’apprendre toute action de désinfection, il est nécessaire d’en comprendre les enjeux.

En définitive, avant d’inculquer diverses techniques de nettoyage, l’approche doit d’abord proposer d’en décoder les besoins visuels (quel type de saleté, produit à solliciter, identifier les tâches irrécupérables…). Ce mode de pensée évite de plonger directement, les yeux clos, dans un travail complètement illogique. D’où l’instauration d’étapes chronologiques, méthodiquement planifiées. En vérité, tout le monde apprend de nouvelles choses au fil du temps, par l’expérience. En outre, la persévérance de tout débutant constitue durablement le progrès et la réussite de son évolution personnelle.

Solenciel